Archivio di Stato di Firenze II

Notations made by Evelyn Korsch, ca. 2005, on behalf of Maureen Cassidy-Geiger (ed.), Fragile Diplomacy, Meissen Porcelain for European Courts, ca. 1710-63 (YUP, 2007)

Miscellanea Medicea 446, inserto 3 [unpaginated]

Letter from Wackerbart to Craon from Bologna on 16.11.1739:

thanks for the hospitality in Florence […]

[1] Nota de regali lasciati dal Sereniss.mo Elettore di Sassonia

A Sua Ecc.za il Sig.r Principe di Craon una Pietà grande con il Cristo morto di porcellana, un canapè con tre puttini, e una scatola di porcellana legata in oro.

Al Sig.r Conte di Richecourt un vassoio con suo calamaio di porcellana, et una scatola parimente di porcellana legata in oro.

Al Sig.r Gran Priore del Bene due statuine di porcellana.

Al Sig.r Generale di Brattovuiz tre figurine di porcellana.

Al Sig.r Abate Tornaquinci due figurine di porcellana.

Al Sig.r Senatore Ginori un gruppo di porcellana con la Diana cacciatrice, e due puttini.

Alla Sig.ra Marchesa Riccardi due ballerini di porcellana.

Alla Sig.ra Marchesa Rinuccini un canapè con tre puttini di porcellana.

Al Sig.r Abate Niccolini una ciotola con suo coperchio, e e [sic] piattino di porcellana.

Al Sig.r Cavaliere di Malta Torrigiani due statuine di porcellana.

Al Padre Ascanio un Cristo con S. Giovanni della Croce, e una Santa Teresa di porcellana.

Al Sig.r Senatore Marchese Vincenzio Riccardi un anello di n.o 3 brillanti.

Al Sig.r Niccolò Rosselmini un anello simile.

Al Sig.r Marchese Ruberto Capponi un orologio d’oro.

Al Sig.r Cavallerizzo Magg.re un orologio d’oro.

Al Sig.r Abate Bandieri un orologio d’oro.

A quattro virtuosi che recitorno all’Accademia in casa il S.re Marchese Riccardi un orologio d’argento per uno

[2] Un simile a Mons.r Martea.

Un simile al Sig.r Dottore Cocchi.

A Signori Compagni, e Libri due medaglie d’oro grandi.

Una simile al S.re Cavaliere de Bailloù.

Due dette a Mons.r Varynge.

Al Maestro della Galleria una tabacchiera d’oro con 75 zecchini.

All’uffiziale della guardia cento zecchini.

Al Falaborri 15 zecchini, e una tabacchiera d’argento dorata.

Al Bianchi custode della Real Galleria 35 zecchini.

A cocchieri, che hanno servito in Firenze S. A. R. 50 zecchini.

Agli staffieri di corte 25 zecchini.

Ai sediari 50 scudi.

Al guardaroba del Poggio a Caiano 30 zecchini.

Al guardaroba del Poggio Imperiale 12 zecchini.

Al custode della cappella di S. Lorenzo 12 zecchini.

Ai custodi degli animali, e fontanieri in Boboli 10 zecchini.

Al Mati 10 zecchini.

Al custode de leoni 10 zecchini.

Al Biondini della posta una medaglia d’oro, e una d’argento.

A Filippo Fensi 35 zecchini.

Al Sig.r Bernardo Baldi una scatola d’oro.

A suo padre una medaglia d’argento.

A Domenico Bertini una scatola d’argento dorata.

Al Pretolani una medaglia d’argento, e sei zecchini.

[3] Alla cura di San Marco cento scudi.

A servitori del S.r Gran Priore 5 zecchini.

Al giovane del Sig.r Gregorio che faceva da maestro di casa 12 zecchini, un anello con un rubino, e quattro piccoli diamenti, e una medaglia d’argento.

Alla famiglia di casa Agdollo 20 zecchini.

 

Mediceo del Principato 6309

Carteggio di Anna Maria Luisa di Cosimo III. 1.1.1739-18.12.1739

fol. 506r 14.11.1739 from Florence: letter to s.ra Contessa Faustina Acciaiuoli Bolognetti, Rome

[…] Ritornei dalla Quiete martedì sera, e nel giorno seguente ebbi una gran sodisfazione nel vedere, e nel trattare il Ser.mo Principe Elettorale di Sassonia ornato veramente delle più singolari virtù, e di un tratto si gentile, e grazioso, che esige la stima, e l’armor e di …

Mi è dispiaciuto per la mia assenza di non averlo trattato [506v] più lungamente, e che non abbia egli potuto fermarsi qualche altro giorno in Toscana, come ognuno desiderava. […]

fol. 507r 10.10.1739 from Rome: letter from Faustina Acciaiuoli Bolognetti

[…] le Prince electoral de Saxe continue ses exercices de Piete au noviciat [507v] des gesuites, et partira de cette ville ci mercredi prochain pour se rendre a Florence, ou a ce qu’il m’adit a moimême, sa plus grande consolation sera de rendre ses devoirs a V. A. E. […]

 

Consiglio di Reggenza 1

Copialettere del carteggio della Segreteria di Toscana a Vienna con la Reggenza,

Dispacci e lettere 28.7.1737-18.12.1739

fol. 86r-v 5.2.1738 from Vienna:

A l’Abbé Tornaquinci

[86r] […]

En conferant [sic] la charge d’Antiquaire au Docteur Cocchi, Nous marquons au Marquis de Riccardi de faire dresser un inventaire général et bien exact de Nôtre Gallerie, ou s’il y en a deja un, de le verifier, et y ajouter plusieurs choses que l’on Nous marque n’y étre pas notées, et cela en presence des gens à qui la garde en est confiée, et de deux Commissaires que vous nommerés pour cet effet du Senat, lesquels signeront ledit inventaire qui sera fait double, pour un exemplaire Nous étre envoié, et l’autre [86v] rester dans Nôtre Tresor des Chartres à Florence. […]

fol. 123v-124r 22.3.1738 from Vienna:

Au S.r Cocchi

En vous confiant l’inspection de Nôtre Gallerie et de Nos antiquités, Nous croions les avoir bien placées sur ce qui Nous a été raporté de vôtre zéle et fidelité pour Nôtre service. Nous esperons que vous aurés l’œil à la [124r] tenir en régle, et vous ne devés pas douter de la satisfaction que Nous en aurons.

fol. 124r-v 30.3.1738 from Vienna:

Au Marquis Riccardi

En confiant Nôtre Gallerie au S.r Cocchi, et le nommant Nôtre Antiquaire, Nous croions l’avoir bien placée. Nous espérons en méme temps qu’il la tiendra en régle, et qu’il [124v] travaillera sans rétard à son inventaire, dont Nous souhaitons un exemplaire. Sur ce Nous prions Dieu etc.

fol. 126v-127r 5.4.1738 from Vienna:

Au Prince de Craon

[127r] […]

J’espére qu’il ne remplacera pas l’ingenieur Locchi sans m’en donner part; puisque vous étes du sentiment qu’on peut faire vue avance à la Compagnie des Imprimeurs qui impriment la Gallerie, je l’ordonnerai au Conseil. […]

fol. 183r 9.8.1738 from Vienna:

Au Prince de Craon

[…]

Je suis tres satisfait de la façon avec la quelle vous vous êtes acquitté de la commission que je vous ai donné d’aller complimenter la Reine des deux Sicciles [sic] dans son passage, si le Prince son frere va en Toscane il faudra luy rendre les honneurs dus à son rang ont dit que le Roy son Pere y a été comme Prince Royal on pourra se regler sur l’essentiel qui s’est fait alors. […]

fol. 219v-220r 1.7.1739 from Vienna:

Au Prince de Craon

[220r] […]

En cas de l’arrivée du Prince heréditaire de Saxe à Florence vous pouvés faire venir de Pise les attelages necessaires pour le faire servir. Je suis toujours etc.

fol. 233v 5.9.1739 from Vienna:

Au Prince de Craon

[…]

Vous vous souviendrés sans doute de ce que j’ai mandé l’année passée, au sujet de la reception du Prince Electoral de Saxe, sur le bruit qui s’etoit pour lors repandu de son arrivée en Toscane. Il faut rechercher ce qui a été fait pour son Pere, et disposer le tout, suivant qu’il voudra y étre, c’est à dire s’il prend, ou ne prend pas l’incognito. Il auroit méme été bon de m’envoier sur cela un Mémoire, dès qu’on a eû la nouvelle de son prochain départ de Rome.

fol. 238r 24.10.1739 from Vienna:

Au Prince de Craon

Il n’y a dans vos trois dernières que l’article de l’arrivée du Prince Electoral de Saxe à Florence, qui démande une réponse. Il me suffit qu’il soit bien persuadé qu’il soit bien persuadé [sic] du vrai desir, que j’avois de le faire servir en tout du mieux qu’il auroit été possible pendant son sejour; puisqu’il ne l’accepte point, il faut au moins tâcher de lui prouver d’ailleurs ce que j’aurois souhaité faire; en cas qu’il aille voir la Gallerie, vous Lui offrirés une des plus jolies piéces de celles qui s’y font, et une autre du moindre valeur au Comte de Wackerbart.

fol. 239r-v 24.10.1739 from Vienna:

Au Comte de Richecourt

[…]

Nous comptons que vous n’oublierés rien pour rendre au Prince Electoral de Saxe le séjour de Toscane aussi [239v] agréable qu’il se peut. Nous ordonnons au Prince de Craon de lui offrir de Nôtre part une des plus jolies pieces qui s’y font, et une autre au Comte de Wackerbarth; mais s’il étoit question d’ouvriers, vous éluderés la réponse; vous aves bien fait d’avertir le Général Braittewitz de l’armement, que méditoit Farinacci; il n’en faut point permettre dans Nos Etats. […]

fol. 245v-246r 7.11.1739 from Vienna:

Au Prince de Craon

J’ai récue les vôtres du 13. et 20. du passé, qui contiennent le peu de nouvelles qu’il y a.

Je ne puis qu’approuver ce que l’on a fait pour la reception du Prince Electoral de Saxe, et je compte que mes officiers continueront à Lui faire leur Cour. […]

fol. 247r 11.11.1739 from Vienna:

Au Prince de Craon

Je suis très content de tout ce que vous avés fait pour la reception, et de tout ce que vous comptés faire pour amuser le Prince Electoral de Saxe; le Conseil a aussi eû raison de Lui donner le Marquis de Riccardi pour Lui faire voir les curiosités de la Ville; je compte que l’on tiendra une notte exacte de tout ce qui sera fait et passé à l’occasion de ce voiage, pour y avoir recours au pareil cas écheant.

fol. 248v 21.11.1739 from Vienna:

Au Prince d’Elbeuf

J’ai vû avec plaisir par la vôtre du 5. du courant la façon avec laquelle vous avés récue chez vous le Prince Electoral de Saxe; je n’ai jamais douté de vôtre façon de penser dans les occasions, où il s’agit ou de mes intérets, ou de ma gloire, dont l’un et l’autre vous tiennent également à coeur; comptés toujours sur la continuation de la parfaite amitié.

fol. 249r 21.11.1739 from Vienna:

Au Prince de Craon

Je vois avec plaisir par les vôtres des 3. et 10. du courant, que le Prince Electoral de Saxe paroit content de tout ce qu’on a fait pour lui dans mes Etats, et je souhaite fort qu’il en sorte satisfait.

Puisque je sois persuadé que vous comptés sur ma façon de penser à vôtre égard, surtout depuis que vous avés pris le parti de rester à mon service [wanted to travel to Rome, cfr. fol. 246r letter from 7.11.1739]; je suis cependant bien aise de vous en convaincre par une réalité; la promotion que l’Empereur meditoit m’en a fourni l’occasion, et j’ai enfin obtenu de Luy pour vous la Toison, je vous en donne part avec d’autant plus de plaisir que j’en ai de vous convaincre que je suis toujours etc.

fol. 252v 18.12.1739 from Vienna:

Au Prince de Craon

[…] Vous me marqués par la méme lettre [i.e. letter from 17.11.] les presents faits de ma part au Prince Electoral de Saxe, et par Lui à differentes personnes de ma Cour; je suis charmé qu’il ait paru content du séjour de la Toscane. […]

Consiglio di Reggenza 986

Carteggio di diversi con la Reggenza dal 1737 al 1739

Nr. 527

[1] 17 ottobre 1739

Ill.mo Sig.re Sig.re, e P.ne Col.mo

Il Maggiore di S. A. Elettorale di Sassonia che qui si trova mi ha richiesto di spedire una staffetta scempia a Siena per la Traversa, con un suo dispaccio per S. E. Il. S.re Conte de Wackerbart, Ministro di Gabinetto di S. M. il Re di Pollonia, et Elettore di Sassonia. Io l’ho compiaciuto, et ho preso quest’arbitrio avendolo trovato molto risentito, pretendendo tutto con autorità, et a volsuto pagar subito, e soli cinque pavoli per posta, come dice praticarsi per gli Stati Esteri, con tutto che gli abbia fatto sapere, che la legge del Re sovrano è di pavoli sei per posta. Son passato però sopra tutto per evitare qualunque impegno [2] potendo supporre, che tutto debba venirmi approvato da V. S. Ill.ma, alla quale nell’umiliare questa notizia la supplico riverentemente assegnarmi qual contegno dovrò tenere, per lettere che possin venire al Ser.mo Prencipe Elettorale, e sua corte, e spedizioni che occorrere li potessero, per potere adempire a servirlo, et obbedire i di Lei stimabilissimi comandi, et acciò le pervenga questa mia, ordino al Ponte a Elsa, che sia posta spedita per staffetta nel risegnare a V. S. Ill.ma in tutta fretta il mio umil.mo ossequio, e prontezza ad obbedirla mi replico d’essere colla maggiore stima.

Di V. S. Ill.ma               Livorno 17 ottobre 1739

Uno divottissimo servitore

Domenico Mariotti

 

Nr. 530

[1] 22 ottobre 1739

Ill.mo Sig.re Sig.re, e P.ne Col.mo

La scorsa notte all’ore 4 mi è capitato il foglio stimabill.mo di V. S. Ill.ma segnato de 19 del cadente, dal quale osservo essere stato approvato il contegno praticato nella spedizione, che fece il s.re Maggiore Bylou per servizio di V. A. R.

Il s.re Prencipe Elettorale di Sassonia, et altresì quello devo tenere per le spedizioni che potessero occorrere per il di Lui servizio, tanto in dar franche tutte le lettere, che capiteranno in quest’uffizio, si per la R. A. S., che per quelli della sua corte, nella breve dimora che saranno per fare in questa città, dandomi l’onore con particolare stima di obbedire i comandi del Consiglio di Reggenza, partecipatimi da V. S. Ill.ma.

Ieri sera giunse la R. A. S. in questa città all’ore 23, et ando a posare all’albergo Reale in via San Francesco, dove le fu mandata [2] la guardia di trentatre uomini, et un uffiziale, che fu benignamente accettata, non già lo sparo del cannone, che gli era stato approntato. Questa mattina va a pranzo dal s.re Generale Wachtendonck, e dimani si crede che partirà. In questo punto dell’ore 15 comparisce una staffetta di Costà con un involto per S. E. Il.re Conte di Wackerbart, et altra me ne fa spedir a codesta città il s.r Generale Barone di Wachtendonck, con suo dispaccio per               [blank]. Il contenuto di questa spedizione non è alla mia cognizione e per ciò non ho il pregievol vantaggio di comunicarlo a V.S. Ill.ma, alla quale risegnando in tutta fretta il mio umil.mo [3] ossequio, e prontezza ad obbedirla, con particolar rispetto mi dichiaro

Di V.S.Ill.ma /cui dico che viene questa mia per staffetta doppia/

Livorno 22 ottobre 1739

Uno divottissimo servitore

Domenico Mariotti

 

 Consiglio di Reggenza 99

Dispacci del granduca Imperatore al Consiglio di Reggenza 1737-1740 (originali)

From Francis to Conseil de Regence on 23.8.1738 from Vienna

[…] La demande que Nous avons faite des Inventaires de l’Archive Secret, des Bijoux, des Meubles et Vaiselle donnés pour l’usage de l’Electrice, est si simple, que Nous ne Nous sommes jamais imaginés, que cette Princesse pût, ou dût s’en trouver offensée.

Elle nous a envoié celuy des Diamants de la Couronne, Nous sommes charmé qu’Elle veuille bien les conserver jusqu’à nôtre arrivée, deméme que tous les autres Bijoux, ou petites pieces de galanterie, mais Nous ne pourons raisonnablement prétendre qu’Elle s’incommode jusqu’au point d’en faire faire Elle méme l’Inventaire de ces derniers, que Nous serions cependant bien aise d’avoir, en cas que nous voulussions [2] faire usage de quelqu’unes des pieces qui s’y trouvent, c’est de cet Inventaire et de celuy de l’Archive Secret, et non de celuy des Diamans de la Couronne, dont Nous avons voulû parler, l’Electrice ne peut assurement trouver mauvais , que Nous les demandions, et que Nous nomions pour les dresser, ou revetir, l’Abbé Tornaquinci et le Comte Ginori, qui doivent y travailler aussitôt. Pour éviter l’incommodité du passage à l’Archive Secret si necessaire pour plusieurs Récherches tant pour Nos Intérets, que pour Ceux du Public et des Particuliers, on trouvera peutetre dans le Palais, un autre Endroit assûre pour le placer. […]

Consiglio di Reggenza 14

Dispacci del Conte di Richecourt all’Imperatore, 29.9.1739 from Florence

[220r] J’ay appris aussy par les mêmes lettres du 26 du courant, que le Prince Electoral de Saxe avoit receû les ordres de partir et que sa routte se dirigeoit par la Toscanne.

Je l’ay aussitôt communiqué a M. le Prince de Craon et nous sommes convenus d’escrire par cet ordinaire au Comte Spada pour aller faire compliment au Prince Electoral de la part de S. A. R. et conformement a ses intentions, Luy offrir de loger dans les Palais de S. A. R. et d’y estre servit par ses officiers et equipages.

Nous attendrons la reponse du Prince Electoral pour scavoir s’il accepterat ces offres ou voudra loger dans quelques Palais particuliers [220v] et s’y faire servir par ses propres domestiques et faire ensuitte relativement les dispositions nécessaires dont nous aurons l’honneur de rendre compte a S. A. R. Luy observant que l’on n’a rien trouvé dans les registres de ce qui s’estoit pratiqué icy pour le Roy son Pere, ainsy que le Prince de Craon doit l’avoir marqué a S. A. R.

Je croirois qu’il pourroit convenir si S. A. R. l’agrée, de faire a ce Prince present de quelqu’ouvrage de la gallerie, l’on ne fera cependant rien sans les ordres precis de S. A. R. devant Luy observer que ce Prince avoit pensé autrefois d’emmener en Pologne des ouvriers en pierres dures et en avoit fait escrire icy a un marchand qui est un [221r] espece d’agent ou commissionaire du Roy son Pere, s’il en demandoit estant icy, je supplie S. A. R. d’ordonner comment il conviendrat répondre. […]

6.10.1739 from Florence

[226v] […] Jescrivis lordinaire dernier ainsy que j’ay eu lhonneur den rendre compte a SAR. a M. le Comte Spada pourquil allat faire compliment de la part de SAR. au Prince Electoral de Saxe et luy faire les offres de loger dans ses Palais et de trouver bon dy estre servis par ses officiers.

Le Prince Electoral a <parû> temoigné estre tres obligé de cette attention de SAR. M. le Comte de Varterbarth [sic] la marqué de vive voix au Comte Spada et en a escrit a M. le Prince de Craon et amoy. Il me marque que les offres obligeants de SAR au Prince a loccasion de son passage par la Toscanne oblige au dernier point son maitre qui servit bien aise den profiter si les ordres du Roy son Pere ne lobligeoit de garder un parfait incognito sous le nom da Comte de Lusace et de sentenir a la maniere dont l’Empereur a permis quil traversat ses Etats heriditaires avec la Reine sa sœur, cest a dire en vivant et en voyageant a ses propres frais.

Par cette reprise nous verrons demain avec M. le Prince de Craon les attentions [227r] que l’on pourra pratiquer qui outre les honneurs militaires pourront consister a luy faire trouver des carosses de S. A. R. a Sienne, Livourne, Pise, et en celle [sic] ville et selon le sejour quil y fera tacher de luy procurer quelques spectacles.

Comme la routte quil doit faire vient destre beaucoup gatée par le transport des canons jescris par cet ordinaire pour faire remedier aux mauvais pas qui parsoient? se trouver sur cette routte.

Jay lhonneur de me mettre aux pieds de SAR.

13.10.1739 from Florence

[236r] […]

  1. le Prince de Craon rend compte a V. A. R. de la venue du Prince Electoral de Saxe, au quel on ferat trouver des equipages tant a Sienne qu’a Livorne et Pise, j’ay donné partout des [236v] ordres pour reparer les mauvais pas qui peuvent se trouver sur sa routte, par raport au passage des canons, qui ont estes transportes des differentes forteresses da Siennois jusqu’a Empoli sur le bord de la riviere d’Arno.
  2. le Prince de Craon et M. le General Wachtendonck erogent qu’il couriendroit que quelqu’un allat jusqua Sienne pour sy trouver a l’arrivée de ce prince et luy faire compliment, et qu’il seroit a propos que j’y allasse, ne pouvant marquer trop d’attention a un prince tel que celuy la et qui appartient d’aussy pres a V. A. R. S’ils persistent dans ce sentiment je pourray my rendre le 17 de ce mois veille de son arrivée. […]

fol. 243r-244v 20.10.1739 from Florence

Monseigneur

J’arrive a ce moment de Sienne ou j’ay esté complimenter M. le Comte de Lusace ainsy que j’ay eû l’honeur d’en informer Vostre Altesse Royale l’ordinaire dernier.

Le prince a parû sensible aux attentions qu’on a eû pour luy et particulierement M. le Comte de Vakerbarth son gouverneur qui m’a prié de le mettre aux pieds de V. A. R. et qui se loüe infiniment des bontes et graces dont V. A. R. la honore ainsy que feû Votre auguste père.

Le prince est partit ce matin pour aller coucher a S.t Romano et demain a Livorne, d’ou il reviendrat icy par Pise. Il a accepté a Sienne les carosses, il s’en servirat de mesme a Livorne, Pise et icy, mais il n’a voulut aller qu’a deux chevaux. [243v] […]

fol. 249r-250v 27.10.1739, from Florence

[249r] M. le Comte de Luzace dinat hier chez M. le Prince D’Elboeuf, M. le Prince de Craon, M. Ginori, general Braitwitz, m.r Duchatelet et moy allasmes luy faire nôtre Cour, invité par M. le Prince D’Elboeuf.

Il vint coucher en cette ville, on avoit eu soing de luy tenir une litiere à l’ambrogiane pour passer la montagne a quoy il parût tres sensible et ne s’en servit cependant pas.

Toutte la noblesse se trouva au Palais ou il est logé pour Luy faire sa cour, ou l’on avoit envoyé une garde de 80 grenadiers avec le drapeau.

Il a remercié et n’a voulû ainsy qu’il a fait a Sienne, Livorne et Pise qu’une garde de 15 hommes avec un sergent.

Comme il veut voir touttes les raretés de cette ville, nous avons crû M. le Prince de Craon et [249v] moy que personne ne convenoit mieux pour avoir l’honneur de l’accompagner que M. le Marquis Riccardy, qui a esté invité a cet effect et qui s’est rendû icy ce matin.

Cette attention a parû faire plaisir au Prince Royal, qui a veû a Rome le Marquis Riccardy, qui allat l’y complimenter de la part de S. A. R.

Il a accepté partout les equipages de S. A. R. mais n’a voulû se servir des carosses qu’a deux chevaux, l’on a eû soing qu’a la gallerie il s’y trouve un fauteuil a bras pour l’y porter de même qu’un fauteuil roulant pour qu’il puisse plus commodement la parcourir.

Comme il aparut avoir plaisir de voir les trouppes par tout ou il a passé, lorsqu’il ira visiter les forteresses de S.t Jean et de Belvedere il y trouvera les garnisons souls les armes.

[250r] Il paroit souhaiter de voir la compagnie des suisses, je parleray a M.r Hartman, pour voir si lorsqu’il irat au Palais Pitti l’on ne pourroit pas luy faire voir la compagnie.

Il desireroit aussy voir les chevaux legers et gardes du corps mais ils sont en si petit nombre qu’il sera difficile.

Nous tacherons de luy faire courir un paglio, et de faire ensorte qu’il ait quelques assemblées dans la ville, ce qui sera difficile presque toutte la noblesse estant a la campagne.

Comme M. le Grand Prieur D’Elbene ma dit que quand le Roy son Pere fut icy, touttes les semaines on luy envoyoit du gibier des fruits et des vins du pays, nous avons cru devoir faire la mesme chose et esperons que S. A. R. l’approuverat.

Je verray si l’on pourra mettre ensemble quelqu’ouvrage de la [250v] Gallerie pourqu’on soit en etat de le presenter au Prince Royal de Pologne au cas que V. A. R. l’ordonne.

Il y a apparence qu’il ne fera pas un long sejour icy, car outre qu’il a envoyé tout son gros bagage a Boulogne, par la Romagne, il paroit qu’il veut se presser de voir les raretés de cette ville et y employer les matins et apres midy.

  1. le Prince de Craon n’obmet rien des attentions qui conviennent en pareille occasion, et nous ferons tout le possible pour nous conformer aux intentions de S. A. R. et que ce Prince parte content des Etats de S. A. R.

fol. 251r-252v 27.10.1739 from Florence

[251r] Le Prince Royal de Pologne est arrivé hier icy, j’ay l’honeur de rendre compte a Votre Altesse Royale de tout ce qui s’est fait a son egard et que l’on projette pendant son sejour, par la depeche n.° 1.° […]

fol. 253r-256v 3.11.1739 from Florence

[255v] […]

P.S. Le Prince Royal de Pologne m’a chargé de faire ses compliments a S. A. R. et m’a dit qu’il escrivoit [256r] a l’Imperatrice Amalie touttes les attentions qu’on avoit icy pour luy dont elle remercieroit S. A. R. comme il feroit aussy de sa part.

fol. 261r-264v 10.11.1739, from Florence

[263r] […]

M.de l’Electrice doit revenir aujourdhuy de son convent de la Quiete. Le Prince Royal de Pologne compte partir jeudy prochain 12 du courant, il paroit tres satisfait des respects et attentions que l’on a eû pour luy.

Il allat avant hier a Poggio a Caiano voir la course des dains, s’amusat ensuitte a tirer quelques lapins et allat diner a Poggio a Caiano, ou le diner estoit preparé, il y fut servit par les officiers de V. A. R. et parut a son retour tres satisfait.

[263v] M. le Prince de Craon qui a esté incommodé d’une fluvion doit aller aujourdhuy a la galerie pour y choisir une piece qui puisse convenir pour faire un present de la part de V. A. R. a ce prince et un moins considerable au Comte de Wakerbarth. […]

17.11.1739 from Florence, fol. 265r-266v

Monseigneur

Comme M. le Prince de Craon ne manquerat pas de rendre compte a Votre Altesse Royale du depart du Prince Royal de Pologne et de la satisfaction qu’il a marqué avoir des respects et des attentions que l’on a eû pour luy icy, selon les ordres de V. A. R. dont il a chargé le Prince de Craon et moy a differentes reprises de marquer sa reconnoissance a V. A. R. et quil ne manqueroit pas d’en escrire a l’Imperatrice douairiere sa grande mere, je ne le repeteray pas a V. A. R. non plus que la sensibilité de M.de l’Electrice a l’honeur que V. A. R. luy a fait, de la choisir pour maraine du prince que nous esperons et que nous desirons, elle en paroit penetrée. […]

29.12.1739 from Florence

[341v] Les Gardes chasse ont respectés Coltano jusqu’à l’arrivée du Prince Royal de Pologne, auquel ayant esté donné du Gibier toutes les semaines suivant l’usage, pour le fournir feu M.r le Grand Prieur d’Elbene donnases ordres au chef des chasseurs, et entr’autres a celuy de Pise, lequel sans doutte regarda ces ordres comme une occasion favorable pour chasser, et envoya chasser dans Coltano, sans que M.r de Roselmini pû s’en plaindre […]

Advertisements