Wackerbarth dispatch (Abschickung) dated Nov. 22, 1738, Rome (for Nov. 10-19, 1738; Naples to Rome)

“Rome 22. 9bre. 1738 [for Nov. 10-19, 1738]

Sire.

La petite insomnie, et quelqu’autre incommodité, dont Monseigr. le Prince Royal s’etoit plaint ayant determiné le conseiller Violanti à lui prescrire un peu de Magnesia, S.A.Rle. la prit le 10. et s’en trouva beaucoup Soulagée.

Marque de celà elle ne laissa pas de recevoir le même matin beaucoup de monde chez elle, et donna la parole au Comte de Charni, et aux autres principaux Officiers.

Le Chambellan Comte de Brühl alla ce jour là à Procida chargé d’une lettre de S.A.Rle. pour la Reine. Il rapporta à son retour, qu’il avoit trouvé LL.MM. Siciliennes à table, qui s’informerent de la Santé du Prince Royal, et de quelle maniere il s’amusoit, allant ensuitte à la chasse; Le dit Chambellan etoit chargé en même tems de distribuer de la part de S.A.Rle. des presens à Cartillar premier Ecuyer de la Reine, aux Cavallerizzi di Campo, aus Exemts des Gardes du Corps e&c.

Un Secretaire du Cabinet m’apporta les passeports pour la suite de Monseigneur le Prince en me faisant des excuses sur leur retardement.

S.A.Rle. s’amusa l’après diner à examiner des Camayeux, qu’elle avoit fait apporter dans sa Chambre. L’Ambassadeur de France vint lui faire Sa Cour, et s’entretint un couple d’heures, après quoi survint la Duchesse de Minervino.

Une partie de trois Sept avec des Cavaliers termina la journée et S.A.Rle. soupa en public.

Le 11. Monseigneur le Prince ayant passé fort bien la nuit, employa une partie de la mattinée à écrire, ensuitte de quoi Elle reçut beaucoup de monde, et donna la parole à l’ordinaire.

Ayant diné en public Elle alla sur les trois heures voir Capo di monte. C’est une platte forme, ou terrasse, ou est tracée une grande maison, qui coútera trois cent-mille Ecus outre les 500 mille, qu’on y a deja employez. On y voit un espece de Parc enfermé de murailles, ou l’on a transporté quelques cerfs, et ou il y a des lapins sans nombre. D’un côté on rencontre une petite maison d’eté de plein pied, et de l’autre une faisanerie.

À Son retour Monseigneur le Prince reçut des Dames, et joüa avec elles; La Duchesse de Matalona, et la Princesse Borghese étoient du nombre.

S.A.Rle. ayant perdu avec des Dames leur a toujours envoyé la perte enveloppé dans des mouchoires en broderie. Elle soupa ce Soir à l’ordinaire.

Le 12me. Elle sortit le matin pour aller voir le magnifique batiment qu’on appelle gli Studi, et qui est proprement l’Université. Elle fut recüe par les Professeurs en habit de Ceremonie, et écouta les leçons, ou plûtot des harangues à loüange prononcées par les Professeurs endroit, en Theologie, en Medecine, en Mathematique, et en Navigation. À son retour au Palais Elle donna la parole, et dina en public. L’Ambas: d’Espagne, qui étoit du nombre de ceux, qui etoient venus lui faire la Cour se retira, avant que S.A.Rle. se mit à table. L’après diné il y eût promenade à Chiaja, et le soir bon nombre de Dames, avec lesquelles S.A.Rle. fit une partie de jeu, soupant ensuitte en public.

Le 13 Elle sortit pour aller à l’Eglise du Noviciat des Jesuites, et à Son retour après avoir recû à l’ordinaire beaucoup de monde, et donné la parole au Duc de Castropignano elle dina en public. Ce matin là les deux Gentilshommes de la Chambre, le Consr. d’Ambassade Pallavicini, et quelques Domestiques, aussi bien que les gros bagages prirent le devant pour Rome. S.A.Rle. fut l’après midi ches les Religieuses de la Trinité voir le magnifique Autel de leur Eglise, et de là se promena à Chiaja. Le soir elle recût beaucoup de Dames, avec les quelles elle fit une partie de jeu, soupant ensuitte en public. Parmy ceux, qui assisterent au soupé il y eût le Secretaire de Justice Tannucci, et celui des affaires Ecclesiastiques Branconi. C’est pour lui apprêter le diner, et le Souper à Capoüe, et à Castiglione près de Mola de Gaeta, que le 14me. je fis prendre le devant aux Officiers Necessaires.

Le Chambellan Comte de Brühl fut le même jour à Procida avec des Depeches de S.A.Rle., et en rapporta des compliments de la part de LL.MMtés. Siciliennes. Il avoit aussi êté chargé de quelques billets de banque, qu’il remit au Duc de Sora, au Marquis de Montallegre et au Prince de Stigliano pour que l’argent en fut distribué aux gens de la Cour, de la Chancelerie, et de l’Ecurie Royale.

Monseigneur le Prince après avoir entendu la Messe dans sa Chambre alla examiner le Theatre de l’Opera. Caresale, qui est l’entreprenneur general de tous les batimens de la Cour, lui le fit voir en detail, et l’Architecte Medrano lui en presenta le plan. Le premier fut regalé d’une tabattiere en échenge des livrets d’Opera qu’il en avoit reçus; S.A.Rle. distribua aussi des presens aux deux Chambellans, et au Majordome, qui avoient été destinez à la servir. Les presens consisterent en des bagues de brillants. Les exempts des Gardes eurent de belles montres, et les Cavallarizzi di Campo, et le Greffier de la maison des tabattieres d’or.

Je chargeai même le Conseiller Klinkigt de donner à Vaucouleur auteur du projet de commerce une medaille de Vintcinq Ducats, et vint Ducats au Courrier Champagne, et un autre que la Reine avoit recommandez.

Le Cour de S.A.Rle. fut ce jour là tres nombreuse; Elle donna la parole, et dina en public comme de coûtume.

Quelques jours auparavant Elle avoit eû le plaisir prendant qu’Elle etoit à table de voir deux jeunes Ecclesiastiques Chinois, que l’on eleve dans un Seminaire institué à Naples en faveur des Missions de la Chine. Ils reciterent le Pater, et l’Ave en leur langue, qui est une espece de chant.

L’après diner Mgr. le Nonce, la Duchesse de Castropignano, et la Princesse de la Rocca eûrent l’honneur de faire une partie de jeu avec S.A.Rle.

Les differens Corps, qui l’on Servie, furent regalez en argent comptant.

Le Comte de Fuenclara assista au Soupé de Monseigneur le Prince Royal. J’avois envoyé chez lui le jour auparavant pour lui temoigner, que je regrèttai de ne pas pouvoir prendre congé de lui en personne; mail il feignit de l’ignorer, quoique le compliment eût été fait à son secretaire. Il suivit après le Soupé S.A.R. dans la Chambre du lit, et lui dit entre autre chose, que le Roy, et la Reine Catholique ayant appris, qu’elle étoit sur son depart, avoit ordonné à lui Fuenclara de marquer à S.A.Rle., combien LL.MM s’interessoit à tout ce qui regarde, et qui peut regarder LL.MM. Polonoises, avec les quelles elles étoient intentionnées d’entretenir une étroite amitié, et correspondence, c’est pourquoi LL.MM. souhaittoient, que Monseigneur le Prince eût lieu de se loüer de Son Sejour de Naples, et d’Ischia.

S.A.Rle. lui repondit tres convenablement sans s’y etre preparée, et lui demanda, S’il s’étoit acquitté des remercimens, dont l’avoit chargé quelques jours au paravant pour LL. MM. Catholiques reconnoissant de leur influence toutes les graces qu’elle avoit recües à Naples, ce qu l’Ambassadeur avoüa de n’avoir pas accompli, et promit de le faire par le premier Courier. L’Ambassadeur de France avoit êté le jour au paravant souhaitter un heureux voyage à S.A.Rle. Se servant des termes les plus respecteux, et les plus polis.

The route from Naples to Rome
The route from Naples to Rome

Le 15me. Monseigneur le Prince Royal aprè avoir entendu la Messe dans son appartement prit congé de quantité de Cavaliers, qui s’etoient rendus dans son AntiChambre, et entr’autres du Comte de Charni, et du Duc de Castropignano, qui l’accompagnerent jusqu’au Carosse.

S.A.Rle. partit vers les six heures, et demi, du matin, et arriva vers les huits à Aversa, ou d’autres Cavaliers l’avoient precedée, pour lui souhaitter un heureux Voyage, et vers. 11. à Capoüe.

Le Duc de Fragnito General des Postes la suivit jusqu’à cette derniere Place, dont on tira le Cannon, toute la garnison étant sous les armes.

Le Commandant et le Magistrat complimenterent S.A.Rle. Il y avoit une table couverte dans la maison du Gouverneur ; mais S.A.Rle. se contenta de dejeuner dans sa Chaise, et après s’être conjediée de tous les Cavaliers Elle poursuivit Son chemin jusqu’à Castiglione, ou elle arriva vers les six heures du Soir.

Le Commandant de Gaeta s’y trouva avec les principaux Officiers de la Garnison, une compagnie étant sous les armes.

S.A.Rle. aussi bien, que toute la suitte logea dans le Couvent, et le quartier et le soupé furent de l’ordonnance de la Cour de Naples.

Le 16me. S.A.Rle. partit de Castiglione vers les 7. heures après avoir fait distribuer des presens au Courier, et au Pourvoyeur de la dite Cour, comme aussi à la compagnie, qui avoit monté la garde. Le Commissaire du Païs eût pour Sa part une montre d’or. Lorsqu’on arriva à Portelle qui separe les deux Etats la garde presenta les armes, et on tira le Cannon de la Tour. On en fit de même à Terracina, ou S.A.R. en mettant pied à terre fut complimentée par le Gouverneur. Il y eût une garde devant Son quartier; On fut de la à Piperno, ou on arriva vers les six heures, et demi du soir.

Le Matin du 17.me se remit en chemin, et on arriva à Sermoneta vers les dix heures. Le Chateau qui reste sur une Eminence tira quelques coups.

Un Agent du Prince de Caserta avoit fait meubler un Chambre pour S.A.Rle. et avoit fourni les provisions necessaires au nom de son maitre; Il nous apprit que celui-cy étoit alle à Lorete avec la Princesse son Epouse.

Monseigneur le Prince Royal arriva à Velletri à 4 heures, et demi, et logea au Palais Lancellotti. Nous y trouvames le Comte de Lagnasco, et le Major Bülow, qui etoient venus à sa rencontre, et qui repartirent la même nuit pour Rome. Ils nous avertirent, que le Connétable Colonna s’etoit rendu à son fief de Marino, qui est sur la route pour y regaler S.A.Rle., ayant fait enlever la provision de vin, que l’on y avoit laissée pour son usage. Le Magistrat de Velletri auroit souhaitté de venir en Corps feliciter Monseigneur le Prince sur son arrivée, en ayant demandé la permission par le moyen d’un Secretaire, ou Deputé, mais S.A.Rle. l’en dispensa, faisant dire, qu’Elle etoit deshabillée. Les Cors de chasse de la Ville furent au Palais, et recurent quelques Ducats.

Le 18me. Monseigneur le Prince étant parti de Velletri à 7. heures rencontra à moitié chemin un Ecuyer du Connétable, et puis à un mile de Marino le Connétable lui même, qui descendit de Carosse, et pria S.A.Rle. de passer à son chateau, ce qu’elle fit en se mettant dans le Carosse, ou Elle fit entrer le dit Seigneur, le Comte de Brühl, et moi. La Dame de la maison, et ses enfants reçûrent le Prince à la descente du Carosse. S.A.R.le. donna la main à la dite Dame, qui l’introduisit dans une Sale ou on avoit couvert la table. Il n’y avoit qu’un Couvert un Cadenat, et une chaise à bras. Le Connetable ayant demandé à quelle heure S.A.Rle. souhaittoit de diner, elle le pria de faire couvrir la table de maniere, qu’Elle pût diner avec toute la famille. Elle ceda toujours la main à Madame. On se mit à table à midi: Les 3 fils du Connétable en furent, le Comte de Brühl, et mois. S.A.Rle. bût la santé des hôtés.

Au sortir de Marino Elle se servit du Carosse, et de l’attelage, que le Comte de Lagnasco y avoit envoyé; à deux milles de Rome D. Therese Albani, ses deux fils, et le Comte de Lagnasco accompagnez de quelques Officiers de Mgr. Le Carde. St. Clement furent à la rencontre de S.A.Rle.

Madame quant mis pied a terre, le Prince en fit de même, et en lui donnant la main pour la remettre, dans Son Carrosse l’obligea de prendre la droite, et se mit à son côté; Les portieres furent occupées par D. Orazio Albani, et moi. Il étoit nuit, quand on entra en Rome. Monseigneur le Cardinal Camerlingue reçut le Prince au Carosse, et S.A.Rle. après un compliment convenable donna la main à D. Teresa pour l’accompagner à Sa Chambre; mais la Dame aussi bien, que Mgr. le Cardl. voulurent à toute force meiner S.A.Rle. dans le superbe appartement, qu’on lui avoit preparé.

Palazzo Albani alle Quattro Fontane
DSCN9080
Palazzo Albani alle Quattro Fontane

 

Son Eminence après en avoir mis le Prince en possession, se retira, et S.A.Rle. conduisit D.Teresa à Sa Chambre, ou se trouverent la Princesse Chigi / c’est la fille de D. Teresa / et le Prince son Epoux, et ou l’on entama une partie de trois Sept. La Princesse de Piombino, mere du Duc de Sora y survint, et fut beaucoup gracieusée par S.A.Rle., qui reçut le meme soir un compliment de la part de Mgr. le Cardinal Acquaviva. Aprés la partie du jeu S.A.Rle. pria la Dame du logis d’aller souper avec Elle en Compagnie de la Princesse de Campagnano, sa fille, ses deux frères, Mgr. Chigi, le Comte Lagnasco, et le Duc de Noja, qui étoit arrivé le jour precedent de Naples. À table le Prince se mit entre les Dames, leur donnant toujours la droite, et buvant à la Santé des Convives. On se retira vers les 10 heures.

Non seulement Monsgr. le Cardl. St. Clement; mais aussi le Cardl. Alexandre Albani on vuidé leur quartier meublé, et paré d’une magnificence, et propreté extraordinaire, et se sont rettirés dans des maisons voisines, qu’ils appellent della familia. Outre cela le Cardinal St. Clement a aussi loué un autre Palais pour les autres Domestiques, et Gens de Livrée de S.A.Rle et de sa Suite.

Tous ces preparatifs avoient deja été arrangés par S. Emce. à l’approche de la Reine des deux Siciles, se flattant, qu’il auroit eû l’honneur de la servir chez lui à Rome avec Mgr. le Prince Royal.

Le 19me. Les Cardinaux Acquaviva, et Belluga envoyirent complimenter S.A.Rle. de même, que l’Ambassadeur de Malthe, les maisons Colonna, Borghese, et Guadagnola sur son heureuse arrivée.

Nolli map S PeterElle entendit le matin la Messe dans la Chappelle du Cardl. Elle eût à diner la maitresse du logis avec sa famille, Le Cte. de Lagnasco, le Duc de Tursis Grand Chambellan de S.M. Sicillienne, le Duc de Noja, et quelques Prelats de distinction. Après la table Elle alla voir la Magnifique Eglise de St. Pierre. Le Cardinal, qui en est Archiprêtre en fit avertir le Chapitre de Sorte, que le Patriarche Almena Vicaire de S.Emce. se trouva à la porte de l’Eglise, presenta l’eau benite à S.A.Rle, et la mena devant l’Autel du St. Sacrement, ou il y avoit un Coussin sur un prie Dieu; mai sans tapis Ensuitte le Prince descendit au Sanctuaire des Reliques, et parcourut les plus belles Chapelles de ce merveilleux batiment. Elle s’en retourna ensuite au logis, faisant un tour par les plus belles rues de la Ville.

Madame la Princess Albani s’étant Elle même rendüe dans l’appartement de S.A.Rle. voulut jouer dans ses Chambres. La Princesse sa fille y survint, de même que la Duchesse des Tursis, et S.A.Rle. fit une partie de trois Sept avec elles, laissant toujours aux Dames la place d’honneur. Monseigr. le Cardinal Acquaviva y vint sans se faire annoncer, et Monseigneur le Prince s’étant levé de son jeu répondit poliment à son compliment, et lui offrit un fauteuil prés de la table du jeu.

Quantité de monde vinrent faire leur Cour à S.A.Rle. entr’autres le Prince Lanti, le Prince Chigi, Son fils, et Sa belle fille, le Marquis Crescenzi, Monsigr. Panciforte, Mgr. Santo Buono, Msigr. Torregiani, le Comte Bonarelli, le Marquis Vitelli. Le Duc de Caserta. Le Duc de Paganica. Les Dames resterent à souper avec S.A.Rle. comme aussi plusieurs des susdits Seigneurs. On se plaça à la table pêle mêle.

à Rome le 22 Nov. 1738

de Wackerbarth”

Advertisements
This entry was posted in Joseph Anton Gabaleon von Wackerbarth-Salmour (1685-1761) and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s